PLAISIRS RETROUVÉS

Un plongeon synchronisé des Inspector Cluzo (avec Philippe Etchebest) pour célébrer la fin d’un concert dantesque. Une scène lacustre devenue incandescente au contact des rythmes de Vladimir Cauchemar ou des riffs de Skip The Use. Une brigade de cuisine montbéliardaise si émue de partager son piano avec des chef(fe)s de renom… La première édition de la Résidence Secondaire des Eurockéennes vient tout juste de se refermer, mais on devine déjà que certains de ses moments forts resteront gravés longtemps dans nos mémoires. Une semaine de dépaysement et d’enchantement – au bord de l’étang de la Véronne – qui démontre combien nous avions toutes et tous follement envie de danser, rire et nous retrouver à nouveau, à l’unisson.

 

Dépaysement garanti

Cinq folles journées durant lesquelles 6000 festivaliers auront pris plaisir à déambuler – sous un soleil indéfectible – au sein d’une presqu’île enchantée et magnifiée par les décorations spectaculaires et poétiques de ArtPointM. Cinq folles journées durant lesquelles se sont succédées – sur scène et derrières les platines – de grandes pointures françaises (Étienne de Crécy, Yelle, L’impératrice…) et de belles sensations internationales (Oy, Sama’ Abdulhadi…). Malgré la fermeture des frontières, les artistes étrangers auront composé plus du tiers de la programmation et cette Résidence Secondaire aura donc pris – sur scène et en coulisses – des accents congolais, canadiens, iraniens ou suédois. Un heureux dépaysement, là encore. Cinq folles journées, enfin, durant lesquels neuf chef(fe)s multi-étoilés auront épaté leurs convives festivaliers, tant pour leur cuisine raffinée et créative que pour leur étonnante simplicité. À l’image de la programmation musicale, le restaurant champêtre aura mêlé monuments de la gastronomie française et nouveaux aventuriers de la cuisine pour d’inoubliables dîners au bord de l’eau.

 

 

Pari tenu

Music, Food et Nature annonçait l’affiche. A l’heure de rembobiner le film de cette Résidence Secondaire, le pari semble avoir été tenu, et même parfaitement tenu. Au lieu de proposer une version étriquée des Eurockéennes, cette semaine enrichie en sensations gustatives, visuelles et sonores aura au contraire permis de proposer un tout nouveau concept, parfaitement aligné avec l’état d’esprit défricheur des Eurockéennes depuis 30 ans. Après avoir clamé cet hiver sa volonté de « rester debout », notre équipe aura été fidèle à son engagement militant en démontrant à travers cette Résidence Secondaire que – malgré le contexte sanitaire – la fête était non seulement toujours possible, mais surtout totalement essentielle. Elle boucle cette semaine laboratoire gonflée à bloc, avec de nombreuses pistes d’innovation et de réflexion pour l’avenir.

 

 

Merci

Aux 6 000 visiteuses et visiteurs, artistes, Art Point M, Chef(fe)s et brigade du restaurant Saint-Martin, prestataires techniques, Associations de Scolarisation des Enfants du Voyage, Foot Bourogne, TriLion Belfort, Belfort Aire Urbaine Handball, Val des Fougères, Cravanche Tennis de Table, Unité Mobile de Premier Secours du TB90 et SDIS90, Conseil Départemental TB90, Région Bourgogne Franche Comté, Grand Belfort, Préfecture du TB90, Cora, Crédit Agricole Franche-Comté, Tandem, Greenroom & au Club des Mécènes des Eurockéennes.aux 6 000 visiteuses et visiteurs, artistes, Art Point M, Chef(fe)s et brigade du restaurant Saint-Martin, prestataires techniques, Associations de Scolarisation des Enfants du Voyage, Foot Bourogne, TriLion Belfort, Belfort Aire Urbaine Handball, Val des Fougères, Cravanche Tennis de Table, Unité Mobile de Premier Secours du TB90 et SDIS90, Conseil Départemental TB90, Région Bourgogne Franche Comté, Grand Belfort, Préfecture du TB90, Cora, Crédit Agricole Franche-Comté, Tandem, Greenroom & au Club des Mécènes des Eurockéennes.

REVIvEZ LE FESTIVAL

consultez la revue de presse de la résidence secondaire

LA galerie photo festival

Vidéo : Célestin Soum / Pixel8film (drone)
Texte : Baptiste Roux Dit riche
Photos : Zélie Noreda / Jérémy Cardot / Victorien Del Tatto / Greg Wallendorff